La boutique > Coquillage de collection

Collection de coquillages à Cannes

Les coquillages, éponges, coraux et ammonites

La passion des hommes pour les coquillages remonte à l’origine des temps. Connus dès l’Antiquité ce n’est qu’à La Renaissance que des naturalistes s’appliquèrent à les nommer en les classant. Leurs variétés de formes, de couleurs et de dimensions en ont fait des objets de curiosités liés à leur esthétisme puis des objets de parures, de monnaies d’échange, d’emblème pour les pèlerins, de décoration et enfin de collections. Rares à leurs découvertes, des Rois et des Empereurs les ont collectionnés puis des centaines de fortunés. Les explorateurs élargirent l’éventail, et aujourd’hui ils sont accessibles à tous car on en trouve dans toutes les mers, sur terre et en eau douce. Qui n’a pas eu l’occasion, sur une plage, de ramasser un jour son premier coquillage ?  

Pour tout savoir sur les coquillages...

D´où viennent-elles? Où vivent-elles?
Quelles formes ont-elles?
Comment les conserver?
Comment les nettoyer?
Et la convention de Washington? Cela vous dit quelque chose ?


D'où viennent-elles ? Où vivent-elles ?
Tous les océans offrent des espèces. Les animaux marins les plus abondants ont une répartition mondiale (les moules), les plus beaux vivent en des coins du globe bien précis comme par exemple Panama ou la Californie.
Les coquilles ont différentes façons de vivre : les unes sur les rochers, battues par les vagues (les patelles), les autres peuvent s´enfoncer dans les sédiments jusque dans les profondeurs (- 200 mètres), certaines atteignent les 3 000 voire 4 000 mètres de profondeur, elles sont peu nombreuses et peu colorées. Au-delà, s´étendent les abysses ou les mollusques quasiment inconnus sont dans l´obscurité totale. 

Quelles formes ont-elles?
Les coquilles sont des mollusques qui forment un immense groupe de 80 000 espèces le plaçant ainsi au deuxième rang, en importance, dans le règne animal.

Classement par famille:

Les gastéropodes (58 000 espèces)
Les bivalves (20 000 espèces)
Les céphalopodes (700 espèces)
Les dentales (350 espèces)
Les chitons (1 000 espèces connues)

Pour faciliter le processus d´identification, les coquilles peuvent être comparées :

  • Les chitons à un bouclier
  • Les dentales à une défense
  • Les céphalopodes à un casque
  • Les bivalves à deux coquilles jointes par un ligament.

Ces dernières peuvent être identifiées par différentes comparaisons :

    • Codakia à un disque
    • Le spondylus à un éventail
    • L´astarte, une forme triangulaire
    • L´arca à la forme d’ un bateau
    • Le lima à une pagaie
    • Le corculum, à un coeur.

Et enfin les gastéropodes ont des formes variées mais disposent tous d´un pied-estomac avec protection (l’opercule). Ces derniers représentent à eux seuls 80%   des mollusques. 
Leurs formes :

  • La patella, une forme de chapeau
  • La nerita, d´oreille
  • Le trochus, de toupie
  • La charonia, de poire
  • Le térébra, de tire-bouchon
  • Le tibia, de fuseau
  • Le conus et le murex, de massue
  • Le cassis, de tonneau
  • Le cypraea, d´oeuf
  • Et le lambis, lui, a des formes irrégulières.


Comment les conserver?
Après l´acquisition d´une nouvelle coquille, pour protéger sa forme des coups et sa couleur de la lumière, le meilleur moyen de conservation est de mettre le coquillage dans une boite répondant à sa taille sur une mince couche de mousse plastique, toujours accompagnée d´un étiquetage (espèce, découvreur, origine). L´ensemble de la collection doit être entreposé dans des tiroirs à l´abri de la lumière, celle-ci tendant à atténuer les couleurs. 

Comment les nettoyer ?
Comment nettoyer l´extérieur d´une coquille? La soude caustique diluée dans de l´eau est très souvent utilisée. Dans un récipient en verre, placez le coquillage dans ce bain. Surveillez soigneusement le temps de pause  car pour certain les concrétions disparaîtront rapidement, pour d´autre coquillage, il demandera au moins 24 heures.
Après ce bain décapant, lavez la coquille à grande eau pendant un long moment. 

Et la convention de Washington? Cela vous dit quelque chose ?
La convention de Washington a été signée en vue de protéger les espèces en voie de disparition. Le 3 mars 1973, 39 pays ont signé cette convention dans le but de protéger les espèces animales et végétales sauvages menacées de disparition.
La récolte, la capture ou la circulation d´un coquillage protégé sont réglementés.
La convention s´applique tout particulièrement en ce qui concerne le milieu marin, aux strombus gigas et à toutes les espèces de bénitiers (son nom scientifique : le tridacna).